265 lecteurs

Programme de lutte contre le handicap de l’enfant au Bangladesh

FICHE RÉSUMÉ DE PROGRAMME

  • ACTIVITÉS : Lutte contre le handicap de l’enfant
  • LIEU : Chakaria, Chittagong, Ukhia, Ramu, Moheshkali
  • PARTENAIRES : Kinés du MondeSARPV
  • COORDINATION : T.CRAVIARI, B.PARENT, S.VILMIN, F.BALESTRO,
  • FINANCEMENT : Fonds privés AMD
  • BUDGET ANNUEL: Environ 100 000 €
  • 2002-2020 : 80 000 consultations, 5000 appareillages, 2000 opérations chirurgicales
  • VOLONTAIRES : 180 missions de 15 j à 6 mois.

POURQUOI CE PROGRAMME AU BANGLADESH ? Vidéo

– Découverte en 1991 d’une épidémie de déformation des membres des enfants dans le sud-est du Bangladesh .

Enfants atteints de rachitisme

– Découverte d’un grand nombre d’enfants handicapés pour de multiples causes par manque de structures de prise en charge. Pieds-bots, polio, séquelles de brûlures, de fractures, d’infections, d’amputations traumatiques, paralysies cérébrales et malformations congénitales sont très fréquemment rencontré(e)s.

Enfants atteints de pied bot et autres handicaps

LES PRIORITES DU PROGRAMME

1- RECHERCHE

Cette mystérieuse épidémie  touchait 1% de la population dans la région de Cox’s Bazar. (40 à 50 000 enfants). La connaissance et la compréhension de la cause de ces déformations ont été capitales pour soigner et prévenir cette affection.

Pour cela, à partir de 2002 nous avons mené plusieurs études avec les meilleurs spécialistes et montré qu’il s’agissait essentiellement d’un rachitisme par manque de calcium dans l’alimentation.

2- CONSTRUCTION et équipement de centres de soins
  • Chakaria : à partir de 2003, construction et équipement d’un centre de consultations, de diagnostics, de suivi, d’appareillages et de soutien des patients les plus pauvres.

Construction à Chakaria, Rénovation et nouvel autoclave à Chittagong

  • Chittagong : Rénovation du bloc opératoire et des salles d’hospitalisation à l’hôpital mère-enfant. Equipement en matériel chirurgical et de stérilisation de bonne qualité en vue d’opérations complexes.
3- FORMATION et autonomisation des équipes de soignants

Nous avons essayé, au maximum,  d’enseigner des techniques simples, réalisables en autonomie par notre équipe bengalie.

  • Chakaria : formation de 5 kinésithérapeutes, 4 orthoprothésistes, 8 assistants médicaux pour le dépistage et le suivi à domicile. 

Formation et travail d’équipe

  • Chittagong : formation complémentaire du personnel de bloc et de salle d’hospitalisation à l’hygiène et la stérilisation. Formation complémentaire des chirurgiens et anesthésistes de l’hôpital mère-enfant.
4- SOIGNER : Une offre de soins graduée de qualité
  • Le Rachitisme : A la lumière de nos recherches nous avons pu tester puis valider un protocole de traitement gradué du rachitisme. Notre équipe de kinésithérapeutes bengalis propose selon la déformation et l’âge des enfants : conseil nutritionnel, traitement par calcium ou opération chirurgicale.

Avant et après traitement médical    /    Avant et après traitement chirurgical

  • Pied bot : En collaboration avec l’équipe du Pr F. Chotel de l’HFME de Lyon nous avons mis en place le traitement des pieds bots selon la technique de Ponseti. Cela consiste en une réduction progressive de la déformation par plâtre, puis une section du tendon d’Achille, puis un appareillage.

Les étapes du traitement des pieds-bots selon la technique de Ponseti

  • Les amputations : séquelles d’accidents de la route, cette problématique est hélas très fréquente au Bangladesh. Notre équipe d’appareilleurs réalise des prothèses de membres sur mesure.

Appareillage par prothèse des enfants amputés

  • La paralysie cérébrale : Il s’agit d’un handicap variable le plus souvent majeur lié à un défaut d’oxygénation du cerveau à la naissance. Tous les appareillages sont réalisés au centre de Chakaria.

Aide à la station assise ou aide à la marche

5- PREVENIR : Un réseau de dépistage précoce

La prévention et le dépistage précoce ont rapidement été notre priorité. En effet quand le rachitisme, ainsi que tout type de handicap, sont dépistés tôt le traitement est moins lourd, moins coûteux, plus efficace et peut être mis en place en totale autonomie par nos équipes bengalies.

Dépistage précoce et éducation nutritionnelle

Voilà pourquoi nous avons développé un réseau de dépistage qui s’appuie sur les sous centres, les visites en campagne et le dépistage dans les écoles et les dispensaires.

Sous-centre en construction et fini

Nous avons construit et équipé 3 sous-centres de proximité : Ukhia, Ramu, Moheshkali.

6- SOLIDARITE : Des soins accessibles aux plus pauvres

Les soins aux enfants sont coûteux pour des familles souvent très pauvres. C’est pourquoi nous avons développé un système de soins solidaire basé sur un quotient familial. Ce concept consiste à faire participer les familles en fonction de leurs moyens financiers, la part restante étant à la charge des “parrains solidaires”. Cela permet aux soignants d’être rémunérés pour leur travail par un salaire décent et motivant et aux donateurs solidaires d’être sûrs que leurs dons soient utilisés au mieux des besoins des familles.

Faire un don

LE FINANCEMENT DU PROGRAMMEVidéo

Depuis 2001, nous avons reçu le soutien du Ministère français des Affaires Etrangères, des fondations Michelham, AnBer, Mérieux, Alberici, Children Action, Electriciens sans frontières, ainsi que du Lycée Argouges, de Alliances, de Frères d’Espérances, du Grand Bazar du Luxembourg, de Gloria Mundi, des Disciples d’Escoffier, du Rotary International, des clubs Rotary de Voiron et  de Gap, du Lions’Club de Villefranche sur Saône ainsi que de nombreux donateurs privés…

Nous n’avons pas de financement pérenne et c’est en autre grâce aux amis et parrains du programme que le financement est trouvé chaque année. C’est surtout grâce à la mobilisation exemplaire de nombreux bénévoles notamment à Gap. Chacun à sa manière donne de son temps et de ses talents pour financer ce projet en organisant : repas, concerts, expo photo, vente d’artisanat, vides grenier, marché de Noël…

HISTOIRE et VIDEO

1992 Découverte par l’association des handicapés du Bangladesh, la SARPV, d’une épidémie de déformation de membres chez les enfants dans la région de Chakaria au Bangladesh. Vidéo

2001   AMD et KDM mettent en place un programme de formation, de construction et d’équipement pour lutter contre cette épidémie de rachitisme. Vidéo

2002    Début du programme chirurgical. Vidéo

2006    Finalisation de la formation des kinésithérapeutes et appareilleurs. Finalisation de la construction et de l’équipement d’un centre d’appareillage  Vidéo   et de consultation à Chakaria. Vidéo

2008    Reconnaissance officielle du centre de Chakaria par le gouvernement Bangladeshi.

2009  Formalisation d’un système de solidarité pour les plus pauvres. Vidéo

2010   Diversification de l’activité de lutte contre le handicap avec notamment la lutte contre le pied-bot. Vidéo

2012  Début de la mise en place d’un réseau de dépistage des causes de handicaps de l’enfant. Vidéo

2016 Début du programme de prise en charge de la paralysie cérébrale . Vidéo

2018  Finalisation de la construction de 3 sous-centres de proximité

2020  Des milliers d’enfants ont vu leur vie transformée. Vidéo